Magical London de Jérôme Patalano chez Alter Real éditions

Hello les Addicts,

Aujourd’hui, je vais vous parler de Magical London de Jérôme Patalano chez Alter Real que je remercie pour ce service presse.

J’ai littéralement dévoré ce petit bijou. C’est drôle, frais et original. J’ai vraiment adoré la manière très novatrice de l’auteur d’aborder les notions du Bien et du Mal. Une idée de génie.

On va suivre Carl, un jeune libraire de Notting Hill. À quelques jours de Noël, il n’a pas le cœur à la fête puisqu’au soir du réveillon il verra sa boutique détruite au même titre que toutes les bâtisses du quartier. Sacrifié sur l’autel du capitalisme pour les remplacer par un centre commercial. Tous les autres commerces ont déjà fermé et Carl est le dernier qui résiste encore. Il a bien conscience que son combat solitaire est vain, mais n’arrive pourtant pas à tourner la page et à abandonner sa librairie, seul lien qui lui reste avec ses défunts parents.

Seulement voilà, « London Folios » se trouve sur un emplacement convoité par les forces du Mal. Les agents du Malin veulent détruire le quartier afin d’accéder à la bouche des enfers située en dessous. Carl est le dernier obstacle qui se dresse sur leur route. Seul et désemparé Carl va pourtant recevoir une aide divine en la personne d’Archibald, un agent du Bien qui va se démener pour sauver le jeune libraire. S’engage alors un drôle de combat entre les équipes du Bien et du Mal.

Comme je l’ai déjà souligné, j’ai adoré cette approche novatrice des deux camps opposés ici. L’idée d’agent de terrain, sous la houlette de leurs mentors situés en haut ou en bas, qui les guide afin de réussir leur mission dans le but de gagner leur retraite bien méritée m’a énormément plu. L’idée de devoir tout gérer à l’aide d’applications de divination et de météorologie du futur m’a enchanté. J’ai beaucoup ri quand j’ai découvert les divers moyens mis à la disposition des différents agents. C’est une approche que je n’avais jamais rencontrée dans mes lectures et que j’ai vraiment adorée.

L’intrigue se dévoile peu à peu et l’on se rend compte que les enjeux sont bien plus grands que ne le laissait supposer le résumé. L’histoire prend de l’ampleur petit à petit et je me suis régalée à découvrir, chapitre après chapitre, les rebondissements que nous offre l’auteur. Le tout étant très cohérent. Jérôme Patalano arrive à nous happer dans son monde et nous vivons aux côtés de Carl et compagnie, la course contre la montre avant la destruction de la librairie qui semble inévitable.

La plume est très douce et assez immersive bien que le récit ne soit pas à la première personne. J’avoue qu’au début je me suis demandé comment cela marcherait, mais en fin de compte j’ai été emporté dans l’histoire et je n’ai plus prêté attention à ce détail. Je m’aperçois à la fin de ma lecture que ce choix était vraiment judicieux de la part de l’auteur, car un point de vue unique ne nous aurait pas permis de saisir toute l’ampleur de l’histoire et ses conséquences. Cela nous aurait aussi privés de scènes que je qualifierais d’absolument épiques comme celle de la conversation entre Lucifer et Dieu.

J’ai vraiment passé un agréable moment dans Magical London. Les références aux réseaux sociaux sont à mourir de rire. J’ai eu beaucoup de plaisir à voir comment l’auteur a lié son monde imaginaire à notre quotidien, et cela ajoute une touche de réalisme que l’on trouve rarement. Il est de ses livres dont on se dit, mais ça pourrait tellement être vrai ! Il se joue des faits réels en leur donnant parfois des explications fantastiques qui avec un peu d’imagination nous semblent totalement plausibles. Il réussit sans mal à mélanger les genres et les mondes et à rendre la frontière entre les deux aussi mince qu’un fil de soie. Voici deux extraits que j’ai sélectionné pour vous.

Le Régent trouvait, dans les années 2000, que ce n’était pas la fête aux États-Unis. Le 11 septembre, Bush, la montée de l’intégrisme, tout ça tout ça, quoi. Du coup, il a créé cette femme absolument délicieuse pour égayer la vie des Américains. Sauf qu’elle ne devait durer qu’un temps et disparaître comme Cascada ou encore Britney.
— Britney Spears n’a jamais disparu.
— Que tu dis. Je te raconterai l’histoire de la V1 de Britney qui a pété les plombs en 2007 en se rasant la tête et qu’on n’a jamais véritablement réussi à remplacer avec les versions suivantes.
Il se demandait s’il avait bien compris.

Des faits réels alliés à une explication fantaisiste qui donnent des passages très drôles.

Comment savez-vous que j’adore ce thé ?
Aïe. Vite, il devait réfléchir. Simone n’était pas là pour lui souffler les idées. Quand une lui vint.
— Votre Instagram ! J’ai appris cela en le consultant ! La jeune influenceuse sourit, rassurée. Ce qui n’échappa pas à Archibald.
— Pourquoi ? Vous semblez surprise ?
— Ben, commença-t-elle, gênée. C’est que… j’ai des demandes en DM creepy parfois…
— Excusez-moi, je ne comprends pas.
— Ah oui ! C’est vrai, vous êtes vieux…
— Euh… Je vous demande pardon

Des scènes vraiment cocasses comme ici entre un Ange et une Instagrameuse.

Quid des personnages ?

Carl, notre héros bien malgré lui est un jeune homme qui en a déjà bien bavé dans la vie. Timide et introverti, il a abandonné ses études de Droit pour reprendre la librairie familiale, créée d’abord par sa mère puis reprise par son père ensuite. Cette librairie est tout ce qui lui reste de ses défunts parents et à pour lui une énorme valeur sentimentale. L’arrivée de l’agent du bien, Archibald, va bouleverser sa vie. Pour le mieux. Carl est un personnage qui m’a beaucoup ému. On est loin du super héros complètement badass, il est rempli de doutes et c’est ce qui m’a beaucoup plu chez lui. Ainsi que sa douceur et son amour des livres. C’est un gentil, dans tous les sens du terme. Ses réactions sont complètement logiques et cohérentes et ajoutent une fois encore une touche de réalisme à l’ensemble.

Archibald et Perla, les deux agents du Bien et du Mal.

Ce sont deux personnages que j’ai vraiment adorés. Leur combat subtil pour remporter la partie et mener à bien leur mission à entraîner des situations drôles et cocasses. J’ai beaucoup aimé la notion de crédit de magie qui ne leur laisse pas les pleins pouvoirs et limite de ce fait leurs implications respectives. Ils ne sont pas tout puissants et j’ai aimé ça. Ils influencent autrement et doivent se montrer plus rusé. C’est vraiment bien joué de la part de l’auteur. Les personnages sont tous les deux bien travaillés et les personnalités sont bien développées, ils ne sont pas creux. Je n’ai même pas réussi à détester la méchante de l’histoire. L’auteur a su me la faire apprécier dans toute sa malignité.

J’ai également apprécié que la romance s’installe petit à petit et ne soit pas immédiate. L’auteur a su, ici aussi, garder de la cohérence et du réalisme. Je dis un grand bravo. Pour moi c’est un sans faute.

En bref ?

Un univers vraiment original et une intrigue qui ne l’est pas moins. J’ai adoré l’approche novatrice du Bien et du Mal avec des agents en mission pour gagner leur retraite. Un personnage central éloigné des standards habituels du genre et c’est très rafraichissant. Aucune longueur ne vient casser le rythme de lecture vraiment agréable et les chapitres s’enchainent facilement, nous guidant de rebondissement en rebondissement pour terminer en beauté avec une fin que j’ai trouvé très astucieuse de la part de l’auteur. Je ne peux que vous recommander Magical London, vous allez passer un excellent moment en compagnie de ses personnages aussi magiques que fantastiques.

Résumé :

Notting Hill, douze jours avant Noël. Carl, libraire solitaire, profite des derniers instants de sa boutique avant la démolition prévue pour le soir du réveillon. Il n’a aucune idée de ce qui se joue juste sous ses pieds… Située sur une bouche des Enfers, sa librairie est l’objet de tous les désirs. Perla et son mentor Ezekiel, des agents démoniaques, sont prêts à tout pour se l’approprier.

C’est sans compter sur la contre-attaque d’Archibald et de sa supérieure au paradis, Simone, tous deux agents du bien. Déterminés à contrecarrer les plans de leurs ennemis, tous les moyens seront bons pour sauver la librairie, quitte à faire appel à Marc Levy ou Taylor Swift…

Mais quand l’amour s’en mêle, les plans s’affolent. Alors qui remportera la bataille ?

  • Auteur : Jérôme Patalano
  • Éditions : Alter Real
  • Longueur : 258 Pages
  • Prix ebook : 5,99 €
  • Prix broché : 17,90 €

Lien de la boutique Alter Real :

Publié par Bit-Lit Addict

grande fan de Bit Lit Fantasy et urban fantasy je suis une dévoreuse de livre, venez avec moi parcourir mon univers littéraire et pourquoi pas découvrir de nouvelles pépites

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site Web gratuitement avec WordPress.com.
Commencer
%d blogueurs aiment cette page :